Articles et chroniques

Articles et chroniques

Du grand PRISME et du sublime Antoine Lentini.


Concert du festival de la chanson française 2015

Du grand PRISME et du sublime Antoine Lentini.

12017650_10207834980142882_6859433253229083070_o.jpgAntoine Lentini a su palier à ses doutes et à son trac, dès les premières minutes de son entrée en scène aidé par une rapide prise de repères et par Arnaud Le guitariste avec qui sa complicité devient un point d’appuis et une sécurité. Mais ce soir, derrière le masque des apparences,  le public enthousiaste ne voyait et ne  ressentait  rien de tous ces petits détails et c’est tant mieux.

L’important, c’est que tout roule et paraisse naturel. Et ce vrai naturel est venu crescendo, pour atteindre son approxime à partir de la quatrième chanson. Le moteur était chaud et pouvait entamer n’importe quelle traversée, même les plus risquées, même si a trop se chercher : une légère voix blanche apparaissait, imperceptible aux oreilles du public mais dangereuse pour la tenue des cordes vocales.

12029560_10207834980182883_2168380692722436935_o.jpg
Depuis la première seconde de la première chanson la salle vivait le concert en communion avec le groupe. Mais à partir de la quatrième, Prisme et son public sont entrés en osmose.  Il faut dire que tout y était : Le rythme, la qualité des chansons, les textes qui tout à coup semblaient prendre une autre couleur, une autre dimension, une autre importance. Et puis ce fantastique  jeu de scène ;  qui n’en était plus un, tant Antoine se sentait bien et dépassait en improvisation avec le public, l’ordre et le cadre établi.

 

Même en suivant ses chansons comme un canevas il entraînait par son interprétation le public à le suivre ailleurs et c’était merveilleux ! La salle chantait, vibrait, participait. C’était du grand Prisme et du sublime Antoine Lentini.

Un jeu de scène irréprochable, où Les effets  de lumières ponctuaient habilement et généreusement chaque morceau, a transformé un simple concert de rock en show. Et ce soir mieux qu’un concert PRISME nous a offert un Show.

Si au début du concert le groupe était resté attaché à une mouvance au couleur proche de Gérald de Palma, peu à peu Prisme est devenu Prisme. Entre : « Ça me tient debout » et « Électrochoc » Le groupe et Antoine se sont transcendés : plus rock que rock.

Dans sa communication, ses mouvements, ses appels entre et avec le public Antoine m’a fait penser à Gilbert Bécaud dit : Monsieur  100 000 volt dans une version rock 2015.

Ce soir pour en avoir entendu et vu beaucoup et des meilleurs je peux dire et même écrire : PRISME joue dans la cour des grands. La route sera peut-être longue mais elle est toute tracée.

Bravo Antoine Lentini, Arnaud Schewin, Lionel Bernard et Samuel Pellenard ….Bravo PRISME ! Et Bravo les artistes

 

 La preuve par l'image: https://youtu.be/pT4thpTVPlY?list=PLeRAFAHIwb-RdZuChU_ktTxR-A-VATBrO

 

 

 

 

                                                                                                                                                 Williams Franceschi    

Photo : Muriel Despiau

    

 



05/10/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres