Articles et chroniques

Articles et chroniques

Il était une fois: Fabienne Thibeault

Fabienne Thibeault

1427_10153542944546819_6315901158618941792_n - Copie.jpg

Doit-on préciser que Fabienne Thibeault est né à Montréal ? et que,  même si elle est montée pour la première fois sur les planches  à 19 ans en participant au concours du festival de Grandy avant de le remporter deux ans plus tard ; sa carrière n’a vraiment débuté qu’en 1975 lorsqu’elle chante aux côtés de  Plume Latraverse, et Sylvain Lelièvre ,  interprétant  des chansons de Gilles Vigneault ou de Clémence Desrochers avant de signer son premier contrat chez  Kébec-Disque.

Et là encore, même si le succès est au rendez-vous, si ses premiers disques se vendent très bien,  pour parler d’une vraie reconnaissance de l’artiste, de son talent et de cette voix  si belle et si particulière,   il faudra attendre  le coup de baguette magique de Luc Plamondon, qui en  lui offrant le rôle de Marie-Jeanne dans Starmania, plus que de lui donner un rôle dans un opéra rock devenue légende,  lui ouvre les portes de la gloire et de la notoriété.  

Le succès des chansons : Le Monde est stone, Un garçon pas comme les autres, Les Uns contre les autres et La Complainte de la serveuse   la rendent très populaire et  lui collent tant à la peau ; qu’aujourd’hui encore, malgré les multiples reprises souvent excellentes, dans la mémoire collective ces chansons sont : Les chansons de Fabienne Thibeault ;  elles lui appartiennent au point de lui être devenues indissociable...


Si cette période est sans conteste  la plus marquante,  sa carrière ne se résume  pas à Starmania. Par la suite elle sortira plusieurs albums dont certains titres comme « Secrétaire de star », écrit pour elle par Daniel Balavoine « Je voudrais faire cette chanson » en duo avec Yves Duteil puis « J’irais jamais sur ton Island » marcheront   très fort. Parmi ses  succès mémorables, il est à noter l’énorme tube : « Question de feeling » en duo avec Richard Cocciante. Sans oublier qu’elle  prêtera sa voix à la chanson du film de Claude Lelouch « A nous deux » ainsi qu’au téléfilm « Le château des oliviers» et   créera aussi sa propre maison de disques Beluga. La tête dans les nuages mais les pieds sur terre, même dans la terre.

12802906_10153980931518493_1668497665339448283_n.jpg

Si le show-biz est un moyen, pour Fabienne cet univers trop souvent superficiel  n’est pas une fin en soi. C’est pourquoi, peut-être  par atavisme, ses grands-parents   chez qui avec son frère elle passa l’essentiel de son enfance, étaient agriculteurs,  elle voue  au monde paysan  et la France rurale un  profond intérêt. D’ailleurs n’a-t-elle pas  reçu en 2006 la haute distinction : de COMMANDEUR dans l’Ordre du Mérite Agricole pour services rendus à la valorisation des Terroirs. Et croyez-moi ,ce n’est pas rien !   Intérêt, respect et amour  qui consciemment ou inconsciemment  l’inciteront à écrire une comédie musicale ; Notre terre qu’elle déclinera en huit albums.

Mais derrières toutes ses facettes  l’artiste en cache une autre : Fabienne Comédienne que  L’auteur Bruno Druart va lui permettre de révéler au grand jour en  lui offrant de très beaux rôles au théâtre :. D’abord dans « Tout feu tout flamme » puis au côté de Georges Beller dans : « A qui sait attendre » pièces qui obtiendront un énorme succès et lui permettront d’exploiter et d’exprimer  ses talents comiques.  

Depuis, en dehors d’une vie privée chargée d’amour qui s’est conclue par un mariage (en rouge) avec Christian Montagnac, du bonheur que lui procure   sa fille zoé  et  d’un livre autobiographique : « La fille du saint Laurent » en attendant le suivant qu’elle est en train d’écrire, du projet d’une pièce de théâtre pour assouvir  ce terrible besoin de rejouer la comédie, Fabienne n’arrête pas. En plus des  tournées  comme « Age tendre », des hommages à Starmania ou des  concerts,   il n’est qu’à suivre sur les réseaux sociaux   la richesse de son activité artistique pour se rendre compte que Fabienne Thibeault ne chôme jamais.

J’ai eu le plaisir de travailler il y a quelques années sur un projet d’album  pour et avec Fabienne et si j’en  garde  un très beau souvenir,  c’est d'abord  l’artiste et la femme qui a marqué ma mémoire ; simple, accessible, à la fois rêveuse et hyper lucide, mais surtout d’une humilité, d’une douceur et d’une gentillesse… mais restons  sur des pointillés tant les qualificatifs me manquent… . Que du bonheur dirait-on aujourd’hui.

 

Et pour l’instant, et c’est tant mieux,  la serveuse automate  n’a pas encore, comme dans la chanson, vraiment le temps d’aller cultiver ses tomates au soleil…

Bravo l’artiste !

 

Williams Franceschi

 

Capture.PNG

 

 

 



25/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 104 autres membres