Articles et chroniques

Articles et chroniques

SUCCÈS !....ÉNORME SUCCÈS !! « Des femmes du Sud »

Et surtout de Catherine LECOQ Vendredi 27 à la librairie Diderot a Marseille

10694264_10152655997675280_1058991592119727948_o.jpg
Succès?.. vous avez dit  succès ?
… C’est un peu court ! Car dans une autre salle, d’autres conditions, devant le même  parterre obligatoirement venu plus nombreux, assis dans des fauteuils rouges ;  elle aurait fait un triomphe.

Les Femmes du Sud est un savoureux mélange de pièce, de spectacle, presque d’un show,  mêlant comédie, textes et chansons, inspirés du récit de Ricardot Montserrat,  qui raconte la vie au quotidien de ces femmes d’ouvriers dont, le passé, le présent et l’avenir ne tournaient qu’autour d’un seul pôle : Les chantiers navals de la Seyne sur mer.

Ce fut très bien et merci  à La librairie Diderot pour cette scène  improvisée. Ce fut parfait que le livre et la comédie, l’écrit est l’oral se juxtaposent. Mais pour jouer aussi bien, sans jeu de lumières,  sans vrais décors, dans un lieu aussi peu approprié,  il ne suffit pas de croire au  courage de son talent, il faut tellement plus ! Et encore une fois Catherine LECOQ  nous a prouvé que ce plus, qui fait toute la différence, elle l’avait.

Donnez-moi une estrade et quelques projecteurs et j’aurais du talent !...  Donnez-moi  un théâtre et quelques spectateurs et j’aurais du génie !... 

Comme toujours Catherine Lecoq y avait mis toute son âme, tout son cœur  et ces palpitations-là émettent une chaleur si forte quelle nappe l’auditoire  et capte son esprit … La salle écoute, vibre, ressent ;  le public est conquis. Car ne vous y trompez pas le public n’est jamais dupe, jamais !

Tandis que Catherine Lecoq  alternait  textes et chansons, passant d’un personnage à  l’autre, changeant de peau s’en besoin de changer de costumes ;  sa complicité avec Solange Baron à l’accordéon et Marie Gottrand au piano s’affirmait chaque fois un peu plus et lui donnait des appuis imperceptibles mais nécessaires pour lier entre elles toutes les scènes et les faire vivre intensément. Au milieu de ce florilège de personnages colorés, atypiques, attachants  et si différents ;  je garderai en mémoire le grutier et son amoureuse qui communiquaient  par les jeux de réverbérations des rayons du soleil dans de petits miroirs... Quel joli code amoureux et que d’émotion dans ce récit et dans son interprétation… que d’émotion.

Emotion c’est le mot leitmotiv qui sera sur toutes les lèvres après le spectacle avec une autre affirmation ; juste deux mots. Deux mots qui font toujours chaud au cœur d’un artiste, même si humblement il baisse les yeux lorsqu’il les entend refusant presque de croire qu’ils lui sont destinés  car il n’y a pas plus beau compliment : «  Quel talent !... »

 

Emotion, nostalgie, du plaisir à la douleur comme on va du rire aux larmes  en passant par la joie de vivre malgré les difficultés et le plaisir de partager Catherine Lecoq nous a entrainés dans sa farandole  en nous prenant la main pour danser avec elle. Inconsciemment elle nous a emmenés, tirés et poussés plus loin, beaucoup plus loin ;   au bout d’elle-même : Dans le magnifique jardin secret de son talent… Mais quel immense jardin.

Merci l’artiste  et encore Bravo !

Williams Franceschi



29/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres