Articles et chroniques

Articles et chroniques

Nico SOLO... Première grande scène ...passage plus que réussi !

Nico SOLO….

 

Comme un éclaireur dans le désert immense que constitue une scène ; Nico Solo allait ouvrir la marche.  Passer en première partie du groupe « La caravane passe »  pour ce dernier spectacle qui était  le bouquet final du 14 ème  Festival de la chanson française, alors qu’il était annoncé en tout petit sur les programmes relevait de la gageure ! J’étais venu exprès pour lui comme je l’avais fait pour Lola M. Suspens ! A mon arrivée les parkings ; même ceux des VIP, étaient pleins … et la salle bondée.  Angoisse ! J’imaginais son état d’esprit.

 14633395_1123254934416920_232724125727670697_o.jpg

A quelle sauce allait-il être mangé ? Pour ce garçon qui n’a enregistré aucun CD et dont les clips improvisés avec les moyens du bord  sur son site sont d’une qualité sonore déplorable ; bonjour l’approche même avec beaucoup d’imagination… Par chance je crois savoir lire entre les lignes, deviner dans les regards   et les discussions que nous avions eu ouvraient ma curiosité. Et puis par instinct ou par métier je ressentais quelque chose de fort, très fort, instinct qui en principe    me trompe rarement pour ne pas dire jamais mais là… Soit je me plantais lamentablement soit ce mec était génial !?

 

Seul, tout seul, juste avec sa guitare comme unique compagne pour l’aider à porter cette solitude et cette peur de perdre mêlée à cette fantastique envie de gagner  qui l’avait envahi depuis coulisses   jusqu’à ses premiers pas vers le micro et que je ressentais jusqu’à mon siège, il régla son micro plus par constance que par besoin. Seul au milieu de cette scène vide face à un public qui n’était pas venu pour lui. Seul ; intimidant et intimidé. Seul il remercia le public et puis… tout ce que je viens de vous raconter s’évapora aux premiers accords, aux premier mots et surtout sur le grain si particulier de sa voix.

Une voix douce, chaude, puissante, éraillée à l’image de sa vie peut-être qu’il nous raconta de chanson en chanson même quand elles ne donnaient pas l’impression de parler de lui. Une voix à part tellement tellement particulière que la salle toute entière fut conquise en quelques secondes.  Comme par magie : Le public  l’aime. Les gens l’aiment. Ils aiment sa voix toute en souffrance mais qui nous porte aussi vers le bonheur quand il se jette et nous emporte  sur des rythmes et des mélodies entrainantes. Ils l’aiment pour sa présence et  sa fragilité, Ils  l’aiment parce qu’ils devinent qu’ils sont en train de voir les premier pas d’un grand et bel artiste.

 

Cette voix, son grain, cette couleur, cette identité et ce personnage qui sort des stéréotypes ne ressemble à personne ; ah si ; Nico Solo ressemble à Nico Solo rappelez-vous de son nom. J’ai entendu derrière moi de la bouche d’un professionnel : « Putain ce mec…  » J’ai pensé exactement la même chose. Comme la première fois où j’ai entendu dans un registre vocal diffèrent mais   assez proche Richard Cocciante.  Seul avec sa guitare, Il s’excusera même en montrant au public les instruments en place pour les vedettes de la soirée de n’avoir pour l’instant que cette guitare… Mais ce soir, juste avec cette guitare et cette voix Nico Solo nous a chavirés.

Bien sûr j’ai imaginé ce que ça aurait pu donner avec un orchestre, des chœurs, une rythmique,  et quelques petits détails de réglages qui comme pour Lola M ne sont que des détails mais tout ça viendra très vite c’est juste une question de temps et de moyens. Et d’ailleurs, qu’importe ! Sans fioritures, sans arrangements ; c’était tellement…  c’était du talent à l’état brut.

Bravo Nico !

 

Williams Franceschi



09/10/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres