Articles et chroniques

Articles et chroniques

MAURANE.... Plus scène que jamais

11984507_433584043511661_1959946254_o.jpgConcert du festival de la chanson française MAURANE   

Salle du bois de l’Aune … Aix en Provence.

Pour Patricia Pélissié et son staff ; le concert de MAURANE, c’était le gros morceau. Pas le plus difficile à organiser mais certainement le plus compliqué à gérer.

J’accroche une mini caméra sur mon chapeau et je vais essayer de vous faire vivre cette soirée comme si vous y étiez : En «backstage» comme on dit aujourd’hui, «côté coulisses» comme on dit encore quand on a franchi allègrement les hautes plaines de la cinquantaine.
J’arrive en avance devant la salle de spectacle. Au moment de pénétrer dans le parking le vigile me demande mon badge. «Mer… mon badge… qu’est-ce que j’en ai fait ?… on me le demande jamais ce pendentif. Tout le monde me connait… pas le vigile évidement». Il a raison, il fait son boulot. Patricia m’ayant prévenu qu’il y avait un cocktail j’ai mis un costume et une cravate... Aux yeux du vigile ça m’aide un peu, il me détaille et puis me laisse entrer mais exige que je retrouve mon badge et que je lui présente après m’être garé… Introuvable le rectangle de plastique magique. Je m’approche du portail de sortie Coup de chance ! Gérard,le mari de Patricia est là, je l’aborde, le vigile me regarde et me détaille des pieds à la tête, un vrai scanner, puis il détourne son regard… Sauvé… je m’échappe ! Parfois l’habit fait le moine.
Dans le hall d’entrée je distingue mon amie Sophie Vernet « the Photographe ». Elle m’attend. Ouf juste dans les temps Je salue tous les amis que je 12080235_10207850502290926_8151859316002619508_o.jpgreconnais et Patricia nous convie à rejoindre le cocktail tandis qu’une main secourable me tend un badge, celui que j’avais perdu l’avant-veille lors du concert d’Olivier Beranger.
Super cocktail dressé pour les invité VIP, les sponsors, et quelques amis avant le spectacle. Patricia s’affaire ; elle jongle, elle speede, elle passe d’un groupe à l’autre, s’informe, interroge et distribue à chacun de ses convives un mot gentil ou rassurant, confie, convie, honore, tend un verre ou un plateau de petits fours, donne des consignes elle maitrise parfaitement et incroyable garde toujours le sourire. Super women a du se mettre des piles neuves. Elle ne s’arrête jamais. Je ne sais pas combien de kilomètres elle a pu parcourir. Je vais lui offrir une montre avec GPS pour qu’elle se rende compte.
Sophie Vernet picore et tourne en rond. Dieu sait qu’elle a déjà couvert un nombre incalculable d’évènements musicaux et photographié une quantité incroyable d’artistes, mais ce soir…c’est le Graal ! Maurane c’est son idole. Elle qui déteste le mot Fan et tout ce qu’il représente, qui n’a jamais compris ce fanatisme, avec Maurane Schbing ! Elle est tombée dedans.  

 

La photographe Muriel Despiau nous rejoint. Mauvaise nouvelle : Maurane ne sortira pas de sa loge. Pas de photos, pas d’interviewes…Rien ! J’ai cru que Sophie allait tomber dans les pommes. Par chance dans la salle du cocktail, il n’y avait aucun tas de pommes pour amortir la chute… Sophie est donc restée debout. Ébranlée mais debout. 

Je n’y crois pas ! ça ne correspond pas à l’artiste, à sa générosité, à ce qu’on sait d’elle et ce qu’elle dégage. Sophie m’interroge comme si j’avais un don de divination : « Tu crois que c’est vrai ? » Ma réponse est sans fondement avéré mais rassurante je lui affirme ce que je crois. « C’est une connerie ! Bien sûr que tu vas la voir ! » Sophie me sourit. Je lis dans son regard qu’elle me fait confiance mais sans être convaincue.
Patricia est appelée a placer ses invités avant que les portes ne s’ouvrent. On la prévient qu’il y a trop de monde dans le hall qu’il faut ouvrir.
12138573_433575830179149_5129047982037012798_o.jpgLa salle se remplit. Très vite elle est bondée. Sophie brave cette marée humaine pour aller s’installer debout au bord de la scène. La salle déborde. Patricia décide de rajouter des chaises entre la scène et le premier rang. Très vite elles sont prises d’assaut. Je la rejoins et quand la vague retrouve le calme Sophie m’indique un siège libre derrière elle… Et le spectacle commence.
Formidable accueil du public. Première chanson, ovation et puis Maurane parle, plaisante, joue avec son public et il en sera ainsi durant deux heures. Deux heures où elle tanguera entre des monologues chargés d’humour et des chansons. Maurane fait un show pas un concert ! Elle sourit, elle grimace, elle rit, elle vit et elle meurt dans un couché de projecteur sur fond bleu nuit où elle entre dans la peau de l’oubli, la perte de repères, et des souvenirs. Elle incarne Annie Girardot puis elle en parle avec beaucoup de pudeur et d’émotion. Mais elle parle de ceux atteints par la maladie. C’est fort, poignant, pathétique, et gorgé d’amour. Gorgé d’amour, à son image, comme elle comme Maurane.
Elle se donne, elle donne, elle ne s’économise pas. De lourdes gouttes de sueurs perlent sur son front, mouillent sa nuque, et finissent par se suspendre à la pointe de ses cheveux. Elle continue à nous surprendre et à nous émouvoir. Elle va cueillir certaines notes très haut mais surtout elle les maintient longtemps comme si les mots devenaient funambules sur un fil invisible tendu haut, au-dessus de la voûte de la salle et ça ne craque pas … ça passe !

Fantastique, elle danse, elle porte en filigrane ou distinctement l’espoir, l’amour, la vie… Il y a dans son sourire souvent mutin tant de malice, parfois tant de force, de fragilité, de douleurs inavouées… Oui elle est forte Maurane très forte ! Elle est aussi particulièrement jolie. D’une beauté tout en douceur qui nous donne envie de l’aimer et de l’aimer encore et bien plus que nous ne l’aimons déjà.
Son show s’inscrit parmi  les plus beaux qu’il m’ait jamais été donné de voir et d’entendre. Mais ne serais-je pas un rien parti-pris ? Certainement ! Car ce n’est pas seulement son show qui est exceptionnel c’est Maurane qui est unique.
Après des rappels qui n’en finissaient plus et un final grandissime tellement original… Fin du concert.

La salle lentement se vide. Et dans le hall les mêmes qu’au début attendent la sortie de l’artiste pour un autographe, une photo. Mais n’était-il pas dit qu’elle ne signerait pas… qu’elle ne répondrait pas… qu’elle ne remercierait pas…
ERREUR !... et je suis ravi pour Sophie.
Maurane rejoindra le hall et restera plus d’une heure à répondre aux questions, se prêter aux photos, à dédicacer.
Maurane, elle est exactement comme je l'avais connue il y a plus de 30 ans et comme je  l’imaginais aujourd'hui …FORMIDABLE !
Bravo l’artiste


Williams Franceschi

 

Photos: Muriel Despiau & Sophie Vernet



08/10/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres