Articles et chroniques

Articles et chroniques

Il était une fois... Mylène DEMONGEOT

"Il était une fois...."
0zi4kxd5r2a2a2d.jpg


Mylène DEMONGEOT


Même pour les besoins d’un article qui se voudrait un portrait succinct, est-il possible de résumer la carrière, le parcours ou la vie de Mylène Demongeot en quelques phrases, quelques lignes, quelques mots, sauf de dire, presque maladroitement, conscient de parler d’une légende : C’est une STAR! Une des plus grandes stars du cinéma français.

 

La seule fois où j’ai rencontré Mylène Demongeot, c’était sur la côte. Assise à la terrasse d’un café avec une amie, attachée de presse, complice, ou j’en sais rien. Elle feuilletait un magazine. Nous avions rendez-vous. Juste pour prendre sa voix en réponse à des questions banales et creuses. Juste quelques mots pour agrémenter un flash à la radio et les mêmes, arrondis, qui deviendraient quelques lignes dans mon journal.
A mon approche, à première vue quelque chose d'impalpable me laissait présager qu'elle avait totalement occulté notre rendez-vous. Visage fermé, elle déchaussa lentement ses lunettes, qui étaient plus de soleil que de vue, en mordilla l’une des branches, puis du coin de l’œil et d’un balayage de paupières, des pieds à la tête et scrupuleusement de la tête aux pieds, elle sembla mémoriser par l’application d’une seconde couche, chaque millimètres de mon corps délaissant totalement mon acolyte avec son micro.


Je me souviens encore de ce regard, intense, fort, brûlant, dur et doux… Ce fut rapide, et pourtant ce film se projette au ralenti sur l’écran de ma mémoire. Ce n’était pas un simple regard, plutôt un passage au scanner et malgré l’audace de mes 25 ans, j’avais l’impression qu’elle m’avait entièrement mis à nu. Certainement consciente de l’effet qu’elle avait produit et de ses conséquences, elle poursuivit en silence son observation interrogative tout en maintenant avec vigueur un début de sourire légèrement moqueur pour éviter qu’il ne se transforme en éclat de rire. J’avais l’impression d’entendre les questions qu’elle ne formulait pas mais que je devinais.
Elle baissa les yeux, fit tourbillonner avec sa paille les glaçons dans sa boisson, hésita puis retira méticuleusement du bout des doigts la rondelle de citron  plantée sur le bord de son verre. Son visage se détendit, le regard s’adoucit et son sourire… son sourire prit le dessus… Sublime sourire qui précédait le geste de sa main m’indiquant que je pouvais m’asseoir, pour ne pas dire; devais m’asseoir.

12043143_1627213194225278_9180490693703614836_n.jpg

 

Elle était rayonnante et au fil de notre entretien, elle devint de plus en plus accessible. Nous parlions évidement de cinéma mais nous aurions pu parler de tout autres choses, que j’aurais été tout aussi fasciné. 

Je l’écoutais, je notais, je l’observais. Et de sourires en mimiques, d’anecdotes en confidences, j’avais presque oublié que je parlais avec une icône. Car j’avais beau me convaincre depuis des lustres qu’une star n’était qu’une artiste qui avait eu plus de chance que les autres, ce jour-là ; de gros doutes nappèrent mes convictions m’obligeant à revoir ma copie. Sans parler de l’incidence de sa beauté et de son charme, Mylène était la preuve vivante et face a moi, qu’une star est un être à part.

 

Mais ceci n’était qu’un préambule, prétexte à caresser un joli souvenir avant de rentrer dans le vif du sujet ! Mylène Demongeot,.

Car au fond, que vous dire que vous ne sachiez déjà ? : Que Marie-Hélène, avant de devenir Mylène est née à Nice d’une mère ukrainienne. Qu’elle y a grandi avant d’habiter Paris. Qu’après avoir appris le piano, attirée par la comédie, elle s’inscrira au cours Simon et le quittera pour celui de Marie Ventura, tout en tournant déjà au cinéma dans de petits rôles et en posant pour des photos publicitaires et c’est là que tout s’accélère. Repérée grâce à ses clichés par Raymond Rouleau, il lui offrira le rôle d’Abigail Williams dans son film « Les Sorcières de Salem ». Rôle décisif, qui lui apportera à juste 21 ans, gloire et consécration.

La suite ; c’est plus de 70 films, de « Frou-Frou » à « La bataille de Marathon », de « Tenue de soirée » à «Camping » en passant par Fantômas ou Les trois mousquetaires…. 16 téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre. Et depuis quelques années Mylène a aiguisé sa plume pour la tremper dans l’encre de ses souvenirs. Elle a écrit plusieurs autobiographies dont « Tiroirs secrets » où comme dans un roman on suit l’enfant, l’artiste, la vedette et la star. Un livre aussi sur sa maman : « Les lilas de Kharkov » et récemment, sur le même sujet le scénario d’une BD dessinée par Bouilhac et Catel « Adieu Kharkov ». Mylène Demongeot… un rêve en cinémascope et technicolor…

 

Bravo l'artiste et....Merci madame !

 

 

 

 

 

 

Williams Franceschi

 



23/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres