Articles et chroniques

Articles et chroniques

Il était une fois: Michaël JONES

Michaël JONES

jones1.jpg
L’histoire de Michaël Jones commence comme un roman, avec néanmoins une atmosphère et un climat  si particuliers qu’ils nous obligent à imaginer des images,des couleurs, des sensations qui nous entraînent inconsciemment vers une adaptation cinématographique sur écran géant.

 

Le 6 juin 1944, un soldat engagé dans l'armée alliée John Merick Jones, débarque sur les plages de Normandie. Durant cette période de libération  il rencontrera à Caen,  Simone Lalleman. Et le héros ramènera sa belle au pays de Galles. De cette union, huit ans plus tard à Welshool naîtra Michaël.

 

La suite, musicale, ne trouverait-elle pas sa source  sous l’archet du  père de Michaël excellent violoniste ?Certainement.

 

 

Cette suite  débute en 1966 au Pays de Galles avec le premier groupe : « Urban District Council Dib Dob Band ». (Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué) et se poursuit  en France avec le groupe « Travert & Cie » avant d’intégrer le groupe « Thaï phong » en remplacement de Jean-Jacques Goldman tout en jouant simultanément dans le groupe  toulousain « Week-End Millionnaire ». Et s’en suivra quelques autres groupes, tournées et disques jusqu’en 1985 où Michaël coécrit les paroles de la chanson Je te donne, en duo avec Jean-Jacques. Un tube, n° 1 du Top 50 durant huit semaines. Et en 1990 le trio  Fredericks-Goldman-Jones. Depuis,  de près ou de loin, en tournées ou en studios Michaël est le complice permanent de Jean-Jaques Goldman. D’ailleurs, Jean-Jacques Goldman ne lui a-t-il pas écrit la chanson : « Le frère que j’ai choisi ». Ce qui n’empêche pas Michaël de mener une remarquable carrière solo.

Bravo l’artiste !

 


 

Williams Franceschi



08/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres