Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi va la vie... épisode n°50 .. LA MEMOIRE...

LA MEMOIRE…

img052.jpg
On dit que la mémoire est sélective, malheureusement  j’ai un problème… je me souviens de tout
ou presque et c’est ce presque qui fait toute la différence. Les gens qui se souviennent vraiment de tout dans  les moindres détails souffrent d’Hypermnésie. Je n’en suis pas à ce stade, quoi que. Non puisque j’hésite parfois sur un prénom, une date, un lieu, ouf ! Sauvé, mais jamais sur le déroulement d’un évènement.

 

 

Et ne dites pas que j’ai une mémoire d’éléphant, mon égo  en prendrait un  coup dans l’aile. Ces derniers mois j’ai pris un peu de poids et la comparaison avec ce joyeux pachyderme risque de me gêner aux entournures…

 

Le temps, et la sagesse qu’il engendre nous  apprend à ne pas toujours dire ce que l’on pense et encore moins ce que l’on sait. D’abord parce que ce que l’on pense n’est pas obligatoirement une vérité universelle  et ce que l’on sait qui peut nous paraître anodin ne l’est peut-être pas pour les autres.

L’éternel : « Je dis ce que je pense et si ça plait pas c’est pareil ». Est d’un incroyable égoïsme,  puisque cette façon d’agir peut blesser, profondément blesser, alors à quoi bon ?   Fort de ces deux convictions, dans la vie courante j’essaie de faire attention.

 

Avoir de la mémoire c’est à la fois  formidable et gênant. Gênant au point qu’il m’arrive, rarement mais ça m’arrive, de faire semblant d’avoir oublié pour ne pas devenir celui qui sait tout sur tout et a toujours raison… C’est gens-là sont chiants et j’ai dû l’être avant de rectifier le tir.

 

 

Avec certains artistes, surtout ceux que je retrouve après de très longues années, le plus  gênant avec cette mémoire si particulière ; c’est qu’ils ne se souviennent plus très bien  et moi parfaitement ! D’ailleurs dans quelques cas je crois qu’ils se souviennent aussi bien que moi mais l’oubli provisoire les arrange.  

Alors pour ne froisser personne  j’évoque mais je n’insiste pas parce que s’il n’y a pas ou plus de témoins  ils pourraient penser que je galèje.  Jusqu’au jour où…. ils me téléphonent pour me dire : « Tu sais ce que tu m’avais raconté… ca y est… ça m’est revenu… tu avais raison ». Mais en attendant que ça leur reviennent… je suis  mal !

 

 

img051.jpg
Il y a quelques semaines j’ai revu Michel Orso et après une longue conversation ou justement ce jeune homme de 80 printemps m’a prouvé qu’il avait lui aussi une formidable mémoire puisqu’on a parlé d’histoires datant de Mathusalem  … il m’a dit :

- Mais la première fois qu’on s’est revus à Paris c’était où… Tu t’en souviens ? »

- C’était chez Albert Assayag tu préparerais la chanson « Les petits parapluies » qui a obtenue quelques mois plus tard le grand prix de la SACEM…

-  Mais c’est vrai !...Tu as vraiment une mémoire incroyable…

Surtout que cette chanson malgré son grand prix n’a pas obtenu un succès populaire et n’est même pas référencée sur YouTube

 

Une autre fois en parlant avec Laurence Alessandri de notre période Don Camilo elle m’affirmait que la vedette c’était Serge Lama... Bien sûr mais pas tout à fait. Quand il n’était pas disponible c’était Isabelle Aubret et la vraie vedette l’extraordinaire Jean Constantin… qui s’installait derrière son piano dans un costume rose bonbon et chantait : Ses pantoufles, son truc en plume et tant autres succès  jusqu’à plus d’heures.

Des comme celles-là, qui sont gentillettes  et des pires je pourrais vous en citer des dizaines.

 

Cette mémoire fut un atout durant ma scolarité et développa inconsciemment  mon penchant pour la dilettante. A l’école j’étais un élève très attentif même quand je donnais l’impression de me disperser je ne manquais en réalité  pas une bribe des leçons développées par les professeurs. Mais une fois sorti de la classe,  leçons devoirs révisions trop peu pour moi…  J’en foutais le minimum du minimum. J’obtenais  toujours la moyenne, sauf en français heureusement,  et je m’en contentais.

Quand j’avais un doute ou la certitude de ne pas avoir très bien compris ou pire quand je faisais pour de nobles raisons l’école buissonnière ; Il suffisait que je lise les cours piqués à une copine  une ou deux fois pour les assimiler. Cours que je lisais en plus en diagonale.

Les choses se compliquaient dans des matières où le par cœur était impératif. Mais cette facilité évidemment m’a joué de bien mauvais tours par la suite. Jusqu’au jour où un prof, de français, évidement,  m’a dit : « On ne retient longtemps que ce qu’on a appris dans la difficulté » Si cette affirmation m’avais ouvert les yeux le temps qu’elle la prononce, dès qu’elle s’éloigna, mes paupières se  refermèrent aussi sec.

Mais cette phrase en conseil sous-jacent  je m’en servirais plus tard et abondamment à l’école de la vie où je bucherai comme un beau diable pour ne pas dire un dingue dépassant même les limites du raisonnable.  En attendant ; Je travaillais peu, je me contentais d’être un élevé moyen, juste ce qu’il fallait pour passer dans la classe supérieure.

 

Il faut dire pour ma défense que ma vie d’enfant puis d’ado  était bien plus remplie que la moyenne de mes petits camarades. Les études m’intéressaient mais une fois sorti les bancs de l’école ou du bahut je n’avais pas le temps. La journée les cours, le soir sport ou petits boulots, le samedi et le dimanche le travail à la campagne ou à la construction de la maison familiale, dans laquelle je n’ai jamais habité, et pour les miettes d’heures restantes, une petite amie pour des amours ho! combien difficiles vous vous en doutez et  quelques fréquentations limite zone rouge qui feront de moi un gentil Bad-boys. Et je vous passe la période qui chevauche tout ça à partir de laquelle j’ai commencé sérieusement à écrire et à chanter.

 

Mais puisque dans les choix classiques a l'entrée d'une vie normale il fallait cocher une case et qu’auteur compositeur interprète ensemble ou séparément  n’était pas dans la liste la seule option restante devant laquelle j’aurais pu mettre une croix c’était : journaliste. Mais mon père qui se refusait de  voir avec recul et réalisme  le contexte social dans lequel nous évoluions rêvait lui que son fils arbore un caducée sur son parebrise.   Il me donnait le choix entre médecin ou médecin. Ambitions démesurées mais surtout en totale oppositions avec les miennes. En ce temps-là je l’écoutais religieusement même si ma vocation était ailleurs….  J’écrivais des chansons.

 

 

A l’instant en me relisant j’ai l’impression d’écrire un résumé de début de bio et ce n’était pas le but car qui pourrait s’intéresser à la biographie d’un illustre inconnu, même avec une minuscule notoriété, soyons honnête. Il faut cependant que je termine ce long préambule avant de  revenir au sujet : La mémoire. Bien qu’en vous racontant tout ça je la fasse travailler cette sacrée boite a neurones.

 

 

Un jour, ces jour-là il fait souvent un temps maussade le ciel est bas et l’air humide et c’était le cas. Un jour donc, après mures réflexions, prenant mon courage à deux mains, je me décidais à expliquer à mon père que je n’envisageais absolument pas d’être toubib. J’avais provisoirement rangé ma panoplie de journaleux au placard pour lui annoncer le pire : Je voulais être artiste. Artiste à temps plein ! Oui parce qu’artiste à temps partiel  je l’étais déjà presque tous les vendredis, samedis  et dimanches soir; quand je vous disais que ma vie était chargée.

 

 

« Artiste ? Ho putain ! » Non ce n’est pas vulgaire. C’est à la fois juste une ponctuation très courante dans le midi  et les deux mots qu’il allait prononcer avant de me tirer  cette tarte monumentale qui vous laissait les cinq doigts et sa chaleur cuisante un long moment. Je m’y attendais. Mais ce jour-là, rien… Juste un regard foudroyant bleu acier dix fois plus douloureux et surtout au bout du long silence; un ordre ! L’ordre qu’il n’aurait jamais dû me donner :

« A partir d’aujourd’hui je ne veux plus jamais te voir écrire ! »

Je vous raconterai la phase intermédiaire si vous y tenez et la suite si vous insistez.  Mais  la suite immédiate pour ne pas faire trop long, la tartine est déjà copieuse j’espère qu’elle était gouteuse, la suite fut simple.

 

 

Quinze jours plus tard,  sans son accord, du haut de mes 17 ans et des poussières, avec pour seuls bagages ; une jolie p’tit gueule dont je n’étais pas conscient, une petite valise, un sac de sport et 480 frs en poche je prenais le train de nuit pour Paris. 11heures de rails. Paris où je ne connaissais personnes sauf quelques artistes avec qui j’avais eu la chance de travailler dans le sud et qui ne furent pas, sauf à de très très rares exceptions, malgré leurs promesses des plus accueillants.

 

Si les  débuts  furent compliqués ils ne furent pas difficiles; j'avais et je connaitrais pire. J’y rencontrerais des gens aussi simples qu’extraordinaires et des artistes tellement exceptionnels que ma mémoire  temporisera sur le reste.

Les coups durs, les coups bas, le ventre creux, la solitude,  les galères… ces épreuves font  partie de l’aventure.  Si tout s’écrivait en rose, c’est une jolie couleur mais qui manque un peu de virilité à mon gout, l’histoire serait bien fade.

 

Ma mémoire a tout gardé ; les couleurs, les odeurs, les parfums, les regards, les rires et les sourires, les jeans, les tailleurs Chanel  ou les bas résilles, les voix, et les gestes, les bons et les mauvais jours, les nuits de doutes et les nuits d’espoir. les succès et les échecs, la fraicheur d’une coupe de champagne dans le cristal  de laquelle  se reflétait un regard et des lèvres inoubliables…  ni le gout d’un simple jambon-beurre rue des Saint-Père à  six heures du mat…   

Ainsi va la vie…

 

(A suivre...)

 

Je vous embrasse

Williams 

 

Et comme d'habitudes quelques photos d'Amis...

Brigitte... Christine... Katiba... Ida...Bernard... Odile...Dany...Sabine ... jean louis

 

 

Brigitte Chamarande.jpgchristine cumbo.jpgida Sabas.jpgKatica.jpgbernard pisani.jpg35902_424679940931382_284355948_n.jpg

Dany Halfaoui.jpg
Sabine Paturel.jpg






  JL-BARCELONA11.jpg


 

 

 



25/03/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres