Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi va la vie... épisode n° 32.. Ecrire, un peu ecrire...

 


Dimanche 16h…La pluie ne joue plus des claquettes sur le carreau, Gene Kelly et George Guétary  ne dansent plus sur les vitres de mes fenêtres : « Chantons sous la pluie »; mais le ciel reste chargé…  DSC01019 - Copie.JPG

 

Ce matin en allant chercher le pain au village, j’ai croisé une amie qui m’a demandé :

- Qu’est-ce que tu fais cette après-midi ?

- Ecrire... Un peu écrire

- Ton livre ?

- Surement,  mais surtout la chronique : « Ainsi va la vie »

- Tu vas parler de quoi ? D’artistes ?

- Pas sûr. D’ailleurs  la chronique je ne l’ai consacrée qu’une seule fois uniquement aux artistes..

- Non deux fois…

- Sa réponse, appuyé du ton de la certitude, m’a amusée parce que quelques minutes auparavant, elle qui ne like  jamais ou presque, m’affirmait qu’elle ne lisait pas tout ce que j’écrivais et là,  à juste titre, elle me prouvait le contraire.

 

A vrai dire plusieurs chansons me trottaient dans la tête, j’ai vite couché quelques idées sur le papier pour ne pas les perdre repris quelques mots qui me gênaient dans une autre   et puis j’ai envoyé deux  posts sur Facebook pour annoncer le concert de François Staal à 18h30 au Trianon… J’espère qu’ils vont faire un carton.

Y’a toujours des choses qui me surprennent sur Face book je reçois des notifications  sur  un article dont j’ai posté le lien le 5 octobre...  et pareil pour une photo qui date de mathusalem. Bon c’est sympa mais bizarre Non ?  Ou alors ils sont aussi tête en l’air que moi chez Facebook. L’autre soir j’ai envoyé un message à un mauvais destinataire… Ho ! Misère. Heureusement que le message ne contenait rien de compromettant.     

 

Un brouillon de chanson déjà bien avancé ça vous intéresse ? Je m’en doutais;  ça donne ca :

 

S’il suffisait de dire : « Je t’aime »

 

La feuille blanche m’hypnotise

A force de chercher les mots

Ces mots justes qui tétanisent

Mes doigts serrés sur le stylo

 

Mon encre saura-t-elle traduire

Cette forêt de sentiments

Qui trouble ma façon d’écrire

Et fige ce que je ressens

 

Ce que je ressens s’écrit-il ?

En détail et dans les nuances

C’est si simple et si difficile

Puisque ma feuille reste blanche

 

 S’il suffisait de dire : " je t’aime "

De l’écrire ou de le chanter…

S’il suffisait de dire : "Je t’aime "

Pour que tu m’aimes et pour t’aimer

 

S’il suffisait d’écrire "je t’aime"

En long en large et en travers

Pour que le destin nous entraine

A vivre nos vies à l’envers

 

Commencer sans recommencer

Comme si c’était la première fois

Essayer de tout oublier

Pour n’être plus que toi et moi

 

Redécouvrir l’intensité

De l’amour dans chaque frison….

 

Et voilà le tour est joué... mais ce n’est qu’une ébauche…

J’ai commencé, mais c’est plus compliqué parce que je suis astreint à suivre une musique qui n’est pas de moi et qui a oublié d’être simple et régulière… une chanson sur :  « Le regard ». je ne sais pas vous ?  Mais moi le regard me dit tout ou presque. j’ai l’impression d’y lire à livre ouvert.

Il n’y a pas que le regard qui parle bien sûr. Et je ne parle pas du miroir de l’âme et tout le pataquès… Non ! Juste de tous les sentiments, les émotions, la sincérité, vérité et j’en passe qu’un regard peut porter.   

A la question qu’est-ce que tu regardes en premier chez une femme ? Ma réponse est ; son regard ! Et surtout la façon dont elle regarde. Encore une fois il n’y a pas que ça ; mais le charme, l’élégance, la douceur… m’importe tellement plus que la beauté. Bref ce sujet est un peu … je vais regarder ca de près les yeux dans les yeux.

 

Allez je vous embrasse

Ainsi va la vie…

(A suivre…)  

 

Williams

 



23/10/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres