Articles et chroniques

Articles et chroniques

Allez Basta ! On ferme le livre 2015 et on ouvre 2016.

 

DSC02253.JPG
Franchement 2015 me laisse un tel gout amer que je me demande si je ne vais pas virer définitivement ce maudit calendrier. Sur le plateau négatif de la balance Il y a d’abord  ce que tout le monde a vécu, acteur ou spectateur,  immonde et inimaginable, l’horreur qui a frappé la France et les français. Et là,  même avec le temps j’ai du mal à digérer.

 

Et puis, égoïstement, et c’est bien normal  la vie de chacun… et là, il y a eu les petits soucis, les tracas  du quotidien, la santé de mon papa, de Pascaline, les affaires qui battent de l’aile, quelques blessures plus ou moins profondes sur lesquelles ils y a toujours une main sortie dont ne sait où,  pour y verser d’abondantes pincées de sel. Quelques coups durs dont on ne parlera pas et quelques coups bas qui ont bien failli me faire vaciller alors que je pensais être blindé.    

  

Il y a encore peu, j’aurais eu pour certains le coup de boule facile et la vivacité de mes réflexes aurait mis tout ce beau monde  hors d’état de nuire en moins de temps qu’il ne faut pour le dire… Mais avec le temps, j’ai appris à temporiser. Sauf en cas de danger, où j’oublie que je n’ai peut-être plus 30 ans mais qu’importe,   surtout quand la lâcheté tétanise la moindre réaction normale et civique, et que les mecs semblent avoir été castrées en pleine force de l’âge. Et pas de pot, ça m’est arrivé plusieurs fois cette année ;  mais c’est une autre histoire.

 

Donc faute de me dégourdir les paluches,  en vieillissant je pourrais tremper ma plume dans une encre diluée à l’acide sulfurique  et balancer grave.  Je pourrais. Mais au fond ne serait-ce pas encore leur faire trop d’honneur ?  

 

Alors ce matin, aurais-je atteint la sagesse ?   Ce matin j’ai retrouvé mon calme et ma lucidité et avouons-le,  un peu beaucoup grâce  à mon amie Sophie qui a précédé de ses mots mes pensées… et a su faire baisser la pression. Donc après les fous-rires qui nous sont coutumiers  j’ai décidé ;    pour elle et sa maman qui a la capacité de deviner l’intérieur des gens au premier regard, de leur et de vous faire un petit billet afin  d’en sourire et faire plaisirs à ceux qui aiment lire ma petite littérature.

 

Donc fini 2015 …On oublie, on passe à autre chose ? Non, pas sur tout. Car à bien y réfléchir,  2015 m’a apporté aussi de merveilleux instants, d’extraordinaires rencontres et la confirmation que je suis aussi entouré de belles, très belles personnes qui méritent d’être aimés.

 

Je pense à une amie en plein déménagement que j’ai dû réveiller l’autre soir après les 12 coups de minuit et qui d’une voix enrouée m’a affirmé que non !... mais qui avait dans le velours de ses mots quelque chose de si doux et si généreux… y’a des amis on se demande pourquoi on ne les a pas rencontrés plus tôt … Je pense aussi à Sophie gourdin  et François Staal  des artistes au sens le plus noble du terme  que je n’ai pas  connus cette année évidement mais que j’ai reçu  pour la première fois cette été chez moi sous le soleil et les cigales et qui sont des êtres rares simples et merveilleux … Je pense à Mélisse,  apprentie chanteuse, chroniqueuse, animateuse, maman heureuse, à qui je souhaite un autre joli mot en …euse. Je pense à Sophie Vernet, The  Photographe qui est devenue l’espace de quelques semaines de reportages la lumière de mon ombre. Je pense à Sylvia photographe, journaliste et bikeuse  à sa gentillesse et à ses yeux,  à nos petits secrets...Ploum !   Je pense à  la chanteuse Isabelle Desmero avec son humour permanent qui dissimule derrière son brouillard en camouflage toutes les faces cachées d’une l’artiste bourrée de talent.  A Catherine Lecoq ;   comédiennes et chanteuses dont je vous reparlerai sous peu  qui est entrée dans mon petit monde comme si elle y avait toujours vécu.  Je pense  à Hélène Mignerey  magnifique artiste complète qui se rhabille de plumes et de strass pour remonter sur les planches, belle et talentueuse. Elle aussi,  je vais vous en reparler sous peu car elle mérite tant d’être connue et reconnue. Je pense à la Voix de Brigitte Chamarande. Sans m’étendre sur  sa carrière de comédienne et son succès actuel dans la pièce « Pas folles les guêpes » Non juste cette voix qui porte si bien le rock'n roll… ce fut une révélation…  A Antoine Lentini et le groupe Prisme dont je vous ai souvent parlé … Je pense à  Patricia Pélissier dont je fus pour la première année  le chroniqueur tout au long de  son  festival de la chanson française qu’elle porte à bout de bras… Et puis, et ce n’est pas rien : la rencontre avec Olivier Cantore que je ne présente plus et de ce travail que nous préparons  point par point et fil à fil.

 

Evidemment j’en oublie…. Il y a eu la présence de tous ceux que j’aime et que je n’ai pas rencontrés cette année, ceux que je ne connais que  par mails, sms ou commentaires ; que j’ai parfois croisés… et qui  ont pris une grande place dans ma vie.  Ceux dont je n’ai pas eu : ni le temps ni la place de parler et qui pour autant ont du talent et le mériteraient… Cette année, c’est peut-être un détail pour vous mais pour moi…. Vous voyez vous connaissiez la fin,  c’est la première fois  depuis des lustres, que faute de temps je refuse à contre cœur d’écrire provisoirement  des chansons pour certains artistes… et ça, si  c’est dommage,  c’est presque un luxe.  

 

Cette année, j’ai peut-être au fond de mon jardin secret  gardé des rêves inavoués, des visages qui se sont éloignés et que l’on ose plus chercher… dans mon jardin secret il y aura toujours le parfum persistant d’une rose qui nappe l’espace de ses effluves.  Une rose perlée de rosée, que je n’oublie pas  et  que je cherche quoi que j’en dise dans mes silences, parce qu’elle me manque encore et toujours…  

 

Williams Franceschi          

 

 

 

 



03/01/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres