Articles et chroniques

Articles et chroniques

Mercredi 6 Mai a 19h15 incontournable« Aïolive » Sur France Bleu Provence...JL BARJAVEL...EMMA DAUMAS... PIERRE SIBILLE...


« Aïolive »
une émission de France Bleu Provence.

Avec en invités :

JL Barjavel, Emma Daumas et Pierre Sibille

 

11057770_355493431320723_1638814127234812827_n.jpg
Mercredi j’avais été invité ; d’abord par la photographe Sophie Vernet et presque simultanément  par JL Barjavel à assister à l’enregistrement de l’émission de  France Bleu Provence « l’Aïolive » à l’espace Hypérion à Marseille. Avec deux sollicitations, difficile de refuser. Surtout qu’en plus,  les lieux sont dirigés par Alain Battaglia; vieille connaissance  et  figure emblématique incontournable de la musique  et de Marseille.

 

Pour ceux qui n’aiment pas la lecture lisez simplement la  phrase qui suit elle résume à elle seule l’ensemble de la soirée, puis retournez à vos occupations ; le reste n’est que remplissage.

Bravo ! Superbe émission qui dépassa, à mes yeux, largement le simple cadre qu’elle s’était fixée.

 Mais si vous décidez de rester… Rentrons un brin dans les détails

 D’abord les animateurs : Médéric Gasquet-Cyrus: Il jongle avec l’humour  et nous promet les jeux de mots les plus pouraves du paysage audio-visuel. Malheureusement pour lui, il nous en sort d’excellents… Difficile d’être mauvais quand ce n’est pas dans votre nature profonde.

11117526_356606431209423_394769758_n.jpg

Et puis : Nathalie Coursac : Surprenante ; elle est capable dans une même conversation de prononcer  l’intégralité du nom de son acolyte à plusieurs reprises en une seule traite et sans éternuements ce qui prouve déjà une certaine dextérité linguistique et ensuite... Soyons sérieux,  ce qui caractérise un animateur de radio c’est sa voix et ce qui le différencie   c’est  son phrasé, son rythme et sa vitesse de réactivité. Nathalie a tout ça et même plus. En l’écoutant elle m’a rappelé  un vieil adage de Jacques Chancel qu’elle semble appliquer à la lettre.

 « Ecouter son invité… La réponse est beaucoup plus importante que la question ».

Elle a aussi quelque chose de magique ;  son rire. Un rire qu’on n’apprend pas à l’école du rire justement, tant son éclat cristallin est chargé de spontanéité.       

Pour un évènement qui ne débutait officiellement qu’à 19h, avec le  chanteur-compositeur  Charly Gougelin et la chanteuse Cathy Durand, j’étais arrivé vers 14h30  toujours avide d’assister aux balances, aux répétitions, d’échanger quelques propos anodins ou presque avec les artistes, les techniciens ou leur entourage et dans ce curieux ballet parfaitement synchronisé  capter ce magnétisme qui n’existe que dans ces lieux à cet instant-précis.

Ce furent avant, pendant et après  de merveilleux échanges entre le public, même s’il était constitué en majorité d’invités, et les artistes. Mais peut-être que les artistes attirent le public qu’ils méritent et inversement.  Mais là, les trois invités, dont à part Jean-Louis Barjavel qui est devenu un ami, je ne connaissais rien ou presque, m’ont passionné et ne le cachons pas, plus particulièrement Emma Daumas qui fut une découverte.  Je me permets donc, juste ces quelques lignes, qui sans  déflorer le contenu de l’émission qui sera diffusée le 6 mai, devraient  vous mettre l’eau à la bouche.

 

11156925_356603854543014_1183465955_n.jpgJL Barjavel seul avec sa guitare  fut le premier à se chauffer au feu de la rampe. Et même si l’artiste supplantait provisoirement le professeur de musique, il lui fallait exceller car des élèves avaient fait un long  déplacement spécialement pour lui. Alors pas question de les décevoir et même, il devait montrer l’exemple.

Une chanson, l’interview puis trois chansons pour terminer sur une reprise c’est la formule habituelle de l’émission. Résultat pour Jean-Louis : Interprétations parfaites ! Jeu avec le public parfait ! Entretien avec Nathalie Coursac et son compère Médéric Gasquet-Cyrus : Parfait ! Je ne vous dirais rien de ce qui a pu se dire durant l’entretien ; rien sur Astaffort et Francis Cabrel, rien sur son parcours, rien sur ses projets. Juste que cet artiste est pétri de talent et d’humilité … et qu’il fait l’unanimité partout où il passe et ce soir il n’a pas dérogé a la règle. 

 

11154820_1564835650458142_5978995645380797266_o - Copie.jpgEmma Daumas succéda à JL Barjavel,  accompagnée en plus de sa guitare  par Pierre Sangra à la  guitare et au violon  et Etienne Roumanet  à la contrebasse. Après deux chansons extraites de ses premiers albums elle  nous gratifia d’une création. Mais quelle création! Si la direction qu’Emma veut donner à sa carrière prend le vent dans ce sens je pense qu’elle verra le grand large beaucoup plus vite que prévu. Il faut dire qu’Emma et ses  musiciens rentrent dans une telle osmose musicale qu’ils se fondent et se confondent totalement dans le corps d’un trio pour former un groupe au sens le plus noble du terme ce qui ne retire rien à la présence d’Emma bien au contraire ; cette union fusionnelle valorise sa position de leader.                

Puis il y eut l’interview.  Là encore je ne vous dirais rien de son passage à la Star’Ac,  rien du départ de sa maison de disque,  rien de son amitié et de son travail avec Maxime Le forestier … Non rien de rien. A oui,  juste que, comme prévu dans le concept sa dernière chanson devait être  une reprise. Et sa reprise ce fut « La rouille » un des chefs-d’œuvre de son maître à penser. J’ai eu beau me creuser la tête, je n’ai trouvé qu’un seul qualificatif pour résumer  mon sentiment: Sublime !

Sublime ! La voix, l’interprétation, même ses expressions incontrôlées venues de l’intérieur qui glissaient du bout de ses  doigts à la fermeture de ses paupières.  Son corps vibrait de sincérité et libérait toute l’émotion qui la traversait. Elle s’était appropriée cette chanson dans la moindre syllabe. Appropriée ? Non ! Elle la vivait jusqu’au bout de la dernière note qu’elle est allée  chercher loin très loin.  Si cette belle histoire n’était pas  la sienne, elle l’est devenue…Sublime.

 

11155038_10153740420521124_957995626236280511_o.jpg

Les artistes sont des êtres différents avec une fragilité et une sensibilité à fleur de peau mille fois supérieure à la normale. Alors, quand on a vécu soi-même  ces hauts, ces bas, ces doutes et certaines traversées du dessert inqualifiables ; il y a des regards, des sourires, des sous-entendus dont la force et le sens ne nous échappent pas. Au contraire ils nous interpellent. Pas besoin de parler pour être compris.   Je ne crois qu’au talent et qu’importent les passages à vide. L’union fait la force, les petits ruisseaux les grandes rivières, Il suffit souvent d’y croire…. Et de se souvenir qu’on n’est pas seul. 

11178511_356604864542913_766206548_n.jpg

Pierre Sibille au clavier accompagné d’un batteur et d’un guitariste clôtura l’émission avec lui aussi trois chansons et une reprise inattendue d'un de nos grands poètes. Comme ses deux prédécesseurs le hyérois obtint un vif succès avant de répondre aux questions de Nathalie et Médéric. Mais là encore je ne m’étendrais pas sur les raisons qui ont poussé Pierre Sibille à s’essayer aux Etats-Unis ni à la manière de pénétrer et de s’imposer comme Français à New-York.                           Pour tout savoir il vous suffit de noter le rendez-vous. "Aïolive" France Bleu Provence le mercredi  6 mai de 19h15 à 21h.

 Williams Franceschi

 

 



24/04/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres