Articles et chroniques

Articles et chroniques

Ainsi va la vie… Episode n°35… Belle rencontre avec Evelyne DRESS malgré….

15355854_578294069040657_1540442533_n.jpgJ’aime beaucoup ces photos et vous ? C’était dimanche à Marseille avec Evelyne Dress. Une journée de reportage avec ma complice Sophie Vernet où rien ne s’est passé comme prévu mais ça rajoute quelques anecdotes et du piment à l’histoire.

 

La fête du livre de la Wizo devait ouvrir ses portes à 11h et en bons élèves nous étions sagement assis  dans ma voiture devant la grande grille en fer à 11h30. Sauf que, ho ! Surprise les vigiles en factions nous ont gentiment expliqué que  le parking privé était déjà bondé. Par chance à quelques encablures  une place sur un trottoir nous attendait. Mais le plus rigolo est à venir.

 

15310513_578294059040658_48099590_n2.jpg
Le TGV en partance de Paris pour Marseille était tombé en panne à mi-chemin et remorqué vers sa gare initiale donc Paris d’où un autre tgv devait récupérer les invités du salon pour les conduire à bon port. A condition que les écrivains veuillent bien repartir  vue l’heure d’arrivée prévue 15h 30 pour un salon censé fermer à 19h…

 

Malgré la présence d’Alexandre Arcadie et quelques autres célébrités une seule personne ne nous  intéressait vraiment ; Evelyne Dress. Une solution pour être certain de sa présence ; lui téléphoner bien sûr. Et c’est là que ; quand les choses ne veulent pas marcher ; elles ne marchent pas ! Je m’aperçus que dans mon portable je n’avais enregistré que son téléphone fixe… Une autre solution un message par Messager et là encore le destin s’acharne, ça ne marche pas. Les messages s’écrivent bien sur mon écran mais ne veulent pas partir…  la fonction dont je me suis servi quelques heures auparavant est desinitialisée… « Les histoires de fous ca tombe toujours sur moi » les paroles d’une chanson me revient en mémoire...

 


15320401_578294079040656_496303154_n.jpg15h30 retour dans les locaux du Salon. La présidente nous remercie pour notre patience avant de nous annoncer que l’arrivée est encore légèrement retardée ; certainement vers 16h10 mais qu’Evelyne serait  à bord ! Ouf…

 


16h30, Evelyne entre dans la grande salle. Je ne peux pas décemment l’accaparer. Je laisse le processus des « bonjour » « merci » « ravis » et « désolés » faire son œuvre avant de m’approcher. Mais il faut que je vous confie un détail que je ne vous avais pas précisé plus haut ; Evelyne Dress n’était pas au courant de ma présence ; c’était ma surprise !... Et quand elle m’a vu son « Ho ! Williams !... »  Naturel et sincère, valait son pesant d’or et d’émotion.

 

18h00. Apres quelques échanges et discussions  plus amicaux et privées  que journalistiques entrecoupés de dédicaces j’aurais pu rentrer chez moi heureux et serein … si un match de foot de l’OM avec des supporters partout autour  du stade vélodrome n’avait perturbé  mon retour. Et cerise sur le chapeau impossible de suivre la route sur le GPS de mon téléphone, je n’en ai pas dans ma voiture, puisque j’avais oublié mes lunettes sur la table d’Evelyne.

 

Mais le plaisir de cette rencontre  fut si touchant qu’il a largement effacé le reste …

 

…Ainsi va la vie

 

(A suivre...)

Je vous embrasse

 

Williams Franceschi

 

Merci Evelyne pour la sincérité et la chaleur de ses instants,

Merci Sophie pour ton amitié et tes magnifiques photos…



07/12/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres